VOUS RENCONTREZ DES DIFFICULTES PENDANT VOTRE DOCTORAT ?

ECRITURE, MOTIVATION, ORGANISATION, OU AUTRE …

NE RESTEZ PLUS BLOQUE(E) !

RESERVEZ VOTRE COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES

↓ ↓

VOUS RENCONTREZ DES DIFFICULTES PENDANT VOTRE DOCTORAT ?

ECRITURE, MOTIVATION, ORGANISATION, OU AUTRE …

NE RESTEZ PLUS BLOQUE(E) !

RESERVEZ VOTRE COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES

↓ ↓

Par Florian

Par Florian

Au cours de ma thèse, j’ai observé les attentes de plusieurs professeurs.

  • Certains exigent que leurs doctorants soient au bureau de 9h à 18h. D’autres, en revanche, n’imposent pas d’horaires stricts du moment que « le travail est fait ».
  • Certains veulent que leurs thésards apprennent très tôt à écrire un article scientifique. À l’inverse, d’autres encouragent d’abord leurs doctorants à privilégier la partie expérimentale de la thèse : en laboratoire, ou « sur le terrain ».
  • Certains conseillent à leurs doctorants de donner des cours en plus de leur activité de recherche, alors que d’autres non.

Ainsi, j’ai compris assez vite qu’il existe une grande variété de styles d’encadrement d’une thèse. Mais en discutant avec certains doctorants, j’ai aussi remarqué que certaines attentes sont partagées par la plupart des directeurs de thèse.

Et si vous les connaissez bien, alors vous mettrez toutes les chances de votre côté pour réussir votre doctorat.

Bonne nouvelle : des chercheurs anglais ont interrogé plusieurs directeurs de thèse à propos de leurs attentes envers leurs doctorants (Phillips et Puggs, 2010).

Découvrons donc sans plus attendre les résultats de cette étude pour mieux connaître les attentes de nos encadrants.

Être indépendant

L’un des objectifs du doctorat, c’est de vous former à la recherche. Et donc, de vous former à être indépendant.

Concrètement, cela signifie par exemple qu’il ne faut pas contacter votre directeur de thèse pour un rien.

Être indépendant en doctorat, c’est aussi :

  • Savoir quoi faire, quoi lire, etc.
  • Organiser votre temps
  • Résoudre les problèmes par vous-même
  • Écrire vous-même des articles
  • Savoir trouver l’information
  • Proposer des initiatives, des solutions
  • Prendre des décisions
  • etc.

Évidemment, ces compétences s’acquièrent progressivement. Lors de mes premiers mois de doctorat, je demandais (très) souvent des conseils à mon directeur de thèse, et c’est bien normal quand on commence une thèse. Être indépendant, c’est un travail de longue haleine. Soyez patient.

Enfin, soyez aussi vigilants à ne pas tomber dans l’autre extrême, c’est-à-dire à ne pas être « trop indépendant ». En effet, les échanges avec votre directeur de thèse sont extrêmement importants. De même, vous devez respecter certaines règles administratives (par exemple, la durée maximale de votre thèse), la méthodologie de votre domaine de recherche, etc. En somme, il vous appartient de trouver le bon équilibre.

Produire un travail qui ne soit pas juste un brouillon

Envoyer un brouillon à votre directeur de thèse pour préparer une réunion est synonyme d’un manque de travail.

Imaginez que vous achetiez une maison. Si l’architecte arrive au rendez-vous avec un plan obscur de votre maison, avec « un sol plus ou moins plat », et « peut-être une porte ici ou une fenêtre là », comment réagiriez-vous ?

Vous devez donc préparer un document de travail clair. Il va de soi qu’il faut beaucoup de temps pour organiser vos idées, et les présenter de manière concise et structurée. Mais cela vous servira non seulement pour la discussion avec votre directeur de thèse, mais aussi pour la suite de votre doctorat.

Je vous conseille ainsi de montrer d’abord votre travail à un autre doctorant. Vous aurez alors un premier retour sur la qualité de votre production. En l’améliorant, vous obtiendrez un document clair et structuré qui sera prêt à être envoyé à votre directeur de thèse.

Rencontrer régulièrement votre directeur de thèse

Même si cela semble une évidence, rappelons-le : votre directeur de thèse s’attend à vous rencontrer régulièrement. Au cours de ces réunions, il souhaite connaître l’avancement de votre travail : vos progrès, vos blocages, vos idées. Si vous le rencontrez seulement une fois par an, vous lui donnerez peut-être l’image que vous êtes peu impliqué dans votre travail de thèse.

Certains doctorants m’ont confié qu’ils rencontraient leur directeur de thèse toutes les 4 à 6 semaines, parfois plus souvent selon les besoins de la thèse.

Essayez donc de vous mettre d’accord au début de la thèse sur la fréquence de vos rencontres : par exemple, une fois par mois. Et lors de vos réunions, respectez aussi certains principes de base : soyez à l’heure, n’annulez pas le rendez-vous 2h à l’avance. Vous montrerez ainsi à votre directeur de thèse que ces moments sont importants pour vous.

Être honnête à propos de vos résultats

« J’ai quasiment fini, ça avance très bien : je vous envoie tout ça la semaine prochaine ! ». Et évidemment, la semaine d’après, vous aurez sans doute une autre excuse pour ne rien envoyer. Votre directeur de thèse n’est pas dupe : soyez honnête sur l’avancement de votre travail. Tous les doctorants ont des périodes « à vide » faites de doutes et d’hésitations. Allez voir cet article pour vous en convaincre, où selon une étude récente, 33% des étudiants seraient concernés par le risque de développer un trouble psychologique, tel que la dépression.

Ainsi, si votre travail n’avance pour une certaine raison, parlez-en à votre directeur de thèse. Il est aussi là pour vous soutenir.

Suivre les conseils de votre directeur de thèse

Votre directeur de thèse a de l’expérience. Il/elle a sans doute encadré de nombreux doctorants avant vous, et sait dans les grandes lignes ce que vous devez faire, lire ou connaître.

Imaginons que vous faites une thèse en littérature sur Voltaire. Si votre directeur vous recommande de lire ses œuvres, mais également celles d’autres penseurs des Lumières (Diderot, Rousseau, Montesquieu), c’est qu’il y a une raison. En effet, comprendre les œuvres des écrivains vivant à la même époque vous permettra d’aborder votre sujet avec une connaissance plus fine, plus précise.

À nouveau, je ne vous conseille pas « d’éteindre » votre esprit critique face aux recommandations de votre directeur de thèse. Simplement, ses conseils constituent normalement une aide précieuse, surtout au début de votre doctorat.

Un grand merci à Laura pour la relecture de cet article, et ses excellentes suggestions d’amélioration.

Et vous, est-ce que votre directeur de thèse a ce type d’attentes avec vous ?

Florian

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous avez aimé l’article ?     Partagez-le !

GUIDE OFFERT ~> Comment réussir votre doctorat sans perdre votre temps

X