VOUS RENCONTREZ DES DIFFICULTES PENDANT VOTRE DOCTORAT ?

ECRITURE, MOTIVATION, ORGANISATION, OU AUTRE …

NE RESTEZ PLUS BLOQUE(E) !

RESERVEZ VOTRE COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES

↓ ↓

VOUS RENCONTREZ DES DIFFICULTES PENDANT VOTRE DOCTORAT ?

ECRITURE, MOTIVATION, ORGANISATION, OU AUTRE …

NE RESTEZ PLUS BLOQUE(E) !

RESERVEZ VOTRE COACHING GRATUIT DE 30 MINUTES

↓ ↓

Par Florian

Par Florian

« Je passe un temps fou à lire un article ».

C’est ce que me disent parfois certain(e)s doctorant(e)s.

Entre l’écriture de votre manuscrit, votre passion pour la photographie, et votre famille, vous êtes déjà très occupé…

Et du coup… pas assez de temps à consacrer à vos lectures.

Alors, comment faire pour lire un article PLUS vite ?

Dans cet article, je vous dévoile une méthode de lecture rapide en 7 points que j’ai développée (et testée !), à partir...

… de découvertes en sciences de l’éducation, et de mes lectures personnelles.

***

Attention (!) : ce n’est pas une « recette miracle » pour lire un article en un claquement de doigts.

Ce que je vous propose, c‘est une méthode pour :

a) augmenter progressivement votre vitesse de lecture, et

b) mieux vous souvenir de vos lectures.

***

#1 Fixez un temps de lecture

La première fois que j’ai lu un article, j’avançais « ligne par ligne ».

Mais au bout d’une heure … j’étais seulement à la page 2.

J’ai donc compris qu’il me manquait un truc.

Ce truc, c’était « une deadline ».

C’est-à-dire, une limite temporelle, après laquelle je dois me dire :

« terminé, je passe à autre chose ».

Par exemple :

« lecture article de Madame Dupont : 3 heures »

Cela peut paraître un peu exagéré de fixer une « deadline » pour quelque chose d’aussi simple que la lecture d’un article…

…mais ça vous fera gagner beaucoup de temps.

Par exemple, pour finir vos journées à 18h, satisfait…

… plutôt qu’à 21h30 avec encore plein de choses à faire.

Évidemment, faire une bonne estimation du temps nécessaire pour une lecture… ça n’est pas facile.

Surtout si le sujet ne vous est pas encore très familier.

Dans mon livre pdf, j’explique par exemple comment bien fixer une durée pour toutes vos activités en thèse (chapitre #4).

 

#2 Lisez en « plusieurs fois »

Selon vous, quelle est la meilleure méthode pour lire un article de recherche ?

  • Lire l’article pendant 3h le lundi ?

Ou bien :

  • Lire l’article 1h le lundi, 1h le mardi et 1h le mercredi ?

La bonne réponse est …

… roulement de tambours :

La deuxième solution : 3 x 1h.

En effet, c’est un résultat classique en sciences de l’éducation : on retient mieux en répétant plusieurs fois la lecture.

Habituez-vous donc à ne pas travailler « en un seul bloc », mais à bien étaler vos lectures.

Cela vous permettra de mieux comprendre…

… et de mieux retenir votre article.

#3 Lisez l’article en diagonale

Dans son best-seller « How to read a book », le philosophe américain M. Adler décrit les quatre niveaux de lecture d’un texte :

  • Niveau 1 : lecture élémentaire. Vous lisez le texte de façon linéaire, basique.

  • Niveau 2 : lecture d’inspection. Vous lisez le texte en diagonale.

  • Niveau 3 : lecture analytique. Vous approfondissez la lecture du texte.

  • Niveau 4 : lecture syntopique. Vous mettez en relation le texte avec d’autres livres.

Problème : la plupart d’entre nous restons bloqués au …

… niveau élémentaire – ce qu’on apprend à l’école.

Et personne ne nous apprend jamais les niveaux supérieurs.

En clair : on ne sait pas vraiment lire.

 

Et c’est bien là tout le problème.

En effet, la façon de penser du lecteur débutant, c’est :

« je vais lire tout l’article, ligne par ligne, pour ne rien manquer ».

Ça, on l’a vu, ça prend un temps fou.

On est en pleine lecture élémentaire (niveau 1).

Ce n’est pas la bonne méthode.

 

La façon de penser du lecteur plus avancé :

« je vais commencer par lire l’article en diagonale ».

Ça, c’est la lecture d’inspection (niveau 2).

C’est par là que vous devez commencer.

Un peu comme quand vous allez vous baigner, à la mer ou à la piscine.

Vous commencez par humidifier votre nuque, votre torse et vos bras.

Comme ça, quand vous entrez complètement dans l’eau, c’est plus facile.

 

« Du coup, comment faire une bonne lecture en diagonale de mon article ? »

Ça vous prend entre 10 et 15 minutes.

Je vous recommande de suivre les 5 points suivants, dans l’ordre :

  • Commencez par lire le résumé, en détail.

  • Lisez les titres et sous-titres (c’est le squelette, la structure de l’article).

  • Lisez bien la question de recherche et le résultat principal de l’article.

  • Intéressez-vous rapidement aux premières et aux dernières phrases…        

–> … de chaque section (introduction, méthodes, résultats, discussion)

–> … des paragraphes qui vous semblent importants

… car ces phrases contiennent généralement les informations les plus importantes à retenir.

  • Identifiez la méthode utilisée. Jetez enfin un coup d’œil rapide à la bibliographie, peut-être y reconnaissez-vous certains auteurs.

Et surtout : ignorez tout le reste.  

Si vous commencez à lire en détail plusieurs paragraphes à la suite : STOP…

… parce que ça veut dire que vous ne faites plus de la lecture en diagonale.

Pendant toute votre lecture d’inspection, annotez votre document – mais ne prenez pas encore de notes détaillées.

 

#4 Lisez de façon approfondie

C’est le niveau 3 : la lecture analytique.

Là, vous entrez dans le vif du sujet.

Vous lisez complètement l’article.

Avec votre esprit critique allumé.

Et vous prenez des notes.

« Et du coup … combien de temps ça me prend ? »

Entre 1h et 4h, en fonction de votre expérience & de la complexité de l’article.

« OK … et comment bien lire de façon approfondie ? »

Ici, vous « creusez » ce que vous avez ignoré pendant la lecture en diagonale.

Par exemple, vous analysez :

  • le cadre théorique. Est-il pertinent pour cette étude ?

  • la méthode. Est-elle valide ?

  • les résultats. Est-ce que les figures permettent de répondre à la question de recherche ?

  • la discussion. Est-ce que l’interprétation des résultats est correcte ?

J’explique de façon plus détaillée dans un autre billet les éléments importants qui figurent dans un article de recherche.

A vous de bien les connaître pour lire plus vite vos articles.

Enfin, il y a deux erreurs que je faisais parfois quand je lisais en détail mes premiers articles.

La première, c’est quand je tombais sur un point un peu obscur…

… que j’essayais absolument de comprendre.

Aïe aïe aïe… j’ai perdu plusieurs heures à cause de cela.

[bonjour le perfectionnisme inutile]

Laissez donc ce point un peu compliqué de côté pour l’instant !

Et s’il est vraiment important, discutez-en plus tard avec votre directeur de thèse.

La deuxième erreur, c’est que je pensais qu’il fallait passer le même temps sur chaque partie de l’article (introduction, méthodes, résultats, discussion).

C’est faux !

Par exemple, si vous connaissez déjà bien le cadre théorique… alors ça suffit d’y consacrer seulement 5/10 minutes.

Par contre, si la méthode vous semble vraiment pertinente pour votre thèse, alors prenez le temps de l’étudier en détail.

[Qu’en est-il du niveau 4 de la lecture, le plus avancé ?

Vous avez peut-être « flirté » avec ce niveau si la lecture de l’article vous a fait penser à d’autres études similaires – typiquement, dans la discussion.

Pour l’instant, ce n’est pas la peine d’insister davantage sur ce niveau].

 

#5 Faites une synthèse de l’article

« Mince, où sont mes notes ? »

Pendant votre doctorat, vous lirez beaucoup d’articles.

Énormément d’articles.

Et je peux déjà vous imaginer, dans un an.

En train de fouiller dans vos notes éparpillées un peu partout dans votre ordinateur ou votre bureau.

Paniqué à l’idée de ne pas retrouver cette citation de l’article de Mme Dupont…

… qui est soudain devenue si importante.

(bon OK, je ne dois pas prendre ma propre expérience pour une généralité)

La solution : faites une synthèse de chaque article.

En pratique, il existe plein de façons de faire une synthèse.

Mais pour commencer, je vous recommande une structure très simple :

  • Le message principal de l’article.

  • Maximum 5 points importants que vous retenus de l’article (pas plus).

Parfois, vous retiendrez peut-être une méthode intéressante.

Alors que d’autres fois, ce sera plutôt un débat évoqué dans la discussion.

Ou une citation éclairante.

A vous de bien choisir ce qui est utile.

Attention : votre synthèse doit être personnelle.

Utilisez donc vos propres mots ! (pas de copié/collé de certaines parties de l’article).

Et si vous hésitez encore à faire une synthèse…

Plusieurs études en sciences de l’éducation (voir chp. 3) ont montré qu’on retient mieux notre lecture en synthétisant nous-mêmes l’information…


 

#6 Imprimez votre synthèse

Peut-être avez-vous pris des notes « papier ».

Ou plus probablement « digitales », sur un fichier Word par exemple.

Pendant longtemps, j’ai fait des synthèses de livres ou d’articles, que j’ai mis dans un dossier « synthèse » sur mon ordinateur.

Problème : je ne consultais jamais ce dossier.

Ja-mais.

Pourquoi ?

Avoir des synthèses sur l’ordinateur, c’est rassurant.

Les fichiers sont là, accessibles facilement.

Mais paradoxalement, ils sont aussi « moins visibles ».

Et du coup, on les consulte peu.

Je vous recommande donc d’imprimer vos synthèses sur du papier.

Et de les regrouper dans un classeur.

Vous pourrez les lire plus facilement. Et plus souvent.

L’autre avantage : quand vous imprimez une synthèse, vous vous forcez à faire une « belle synthèse ».

Pas juste un « brouillon de synthèse » que vous laisseriez dans un vague dossier sur votre ordinateur… et que vous n’auriez pas envie de lire parce qu’il n’est pas assez clair.

#7 Soyez patient

« Eh Florian, j’ai un collègue qui est capable de lire

un article de recherche en 5 minutes ».

C’est ce que m’a dit un professeur d’université il y a quelques années.

Au début, je n’y croyais pas vraiment

Mais en l’observant à l’œuvre, j’ai vu que c’était vrai.

Son collègue connaissait extrêmement bien la littérature de son sujet : les théories, les méthodes, les résultats, les limites, et les questions ouvertes.

Il avait atteint une telle expertise dans son domaine, qu’il pouvait capter 90% de l’information d’un article avec une simple lecture en diagonale, en cinq minutes.

 

Quelques mois plus tard : « surprise ».

Je découvre qu’une telle aptitude est aussi un résultat bien connu des sciences de l’éducation.

Il nous dit que :

« si vous connaissez bien un sujet X, alors vous lirez plus facilement

[et donc plus rapidement] un autre texte sur le même sujet X ».

Dans votre cas, vous avez besoin de beaucoup de temps pour lire – surtout si vous venez de commencer votre thèse.

C’est normal.

Mais comme toutes les compétences, la capacité à lire plus vite se développe.

Courage !

Et si vous essayez de lire en appliquant cette méthode en 7 points…

… n’hésitez pas à laisser un message en commentaire ci-dessous…

…ou à me donner votre feedback à bonjour@jefaisunethese.com

 

Et vous, est-ce que vous rencontrez des difficultés à lire rapidement vos articles ?

Florian

* Merci infiniment à Aneta pour la relecture / correction minutieuse de l’article *

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous avez aimé l’article ?     Partagez-le !

GUIDE OFFERT ~> Comment réussir votre doctorat sans perdre votre temps

X